Comme tout le monde l’an dernier confiné, le Bruxellois Loïc Bailly a passé son printemps 2020 entre quatre murs à s’initier au beatmaking. « Beaucoup de sueur, beaucoup de temps, de patience et d’exigence pour un résultat qui me ressemble ». Entre rap, slam et chanson française, du (post?) hip-hop pop bien dans l’air du temps, sensible et aux textes particulièrement soignés.

#popurbaine #hiphoppostconfinement #pleindechosesàdire

Bras dessus bras dessous avec les Nuits Botanique