Julien Gasc fait assurément partie de cette Grande Internationale indie-pop nourrie aux arrangements néo-sixties, aux albums de Robert Wyatt et au psychédélisme allemand à la Can.
Un très très digne rejeton de Papa Burgalat et Maman Stéréolab.

 

SITEFACEBOOK